Durant notre séjour de 2 mois à Kuching, nous avons eu la chance de voir les Orangs-Outans de Bornéo… en liberté ! Ou du moins en semi-liberté car ils sont dans une réserve : la réserve naturelle de Semenggoh. En effet, ils sont en danger d’extinction à cause de l’Homme. Une visite instructive et émouvante !

Une demi-journée inoubliable en famille

Aller voir les Orangs-Outans de Bornéo faisait partie de nos priorités en arrivant à Kuching. Malheureusement, on s’est vite rendus compte que peu d’entre-eux vivent aujourd’hui en totale liberté. Nous avons donc choisi d’aller dans la réserve naturelle de Semenggoh. En effet, ici, les Orangs-Outans sont en semi-liberté. D’ailleurs, ce n’est pas si simple de s’y rendre ! Nous avons appelé un Grab (Le « Uber » local) pour y aller, mais attention à bien prévenir votre chauffeur pour le retour. Car peu d’internet au sein de la réserve et pas de Grab dans les alentours !

entrée de la réserve
Entrée de la réserve

Nous sommes arrivés les premiers dans la réserve et avons pu nous promener tranquillement sur la première plateforme. Une petite exposition présente la vie des Orangs-Outans et les bienfaits de la réserve. Celle-ci recueille les singes blessés et les bébés abandonnés. Ils les soignent donc et leur proposent à manger 2 fois par jour (1 fois le matin et 1 fois l’après-midi). Les Orangs-Outans sont libres de leurs déplacement, alors soit ils viennent… soit non ! Une famille voyageuse y était allée la semaine d’avant et n’avait pu voir qu’un seul singe. Pour nous, ce fût la fête ! Une maman est arrivée avec son petit accroché sur elle et son aînée qui les devançait. Impressionnant de les voir évoluer au-dessus de nos têtes ! Un moment magique, malgré la présence de nombreuses personnes assez bruyantes.

Les rangers nous ont ensuite fait marcher dans la forêt vers une seconde plateforme. Nous avons attendu un moment et là, 2 gros mâles sont venus chercher les bananes. C’est incroyable de les voir arriver, avec les craquements de branches et les feuilles qui bougent dans tous les sens ! Le ranger nous explique qu’une fois que les primates sont guéris ou se sentent assez matures pour vivre leur vie, ils ne viennent plus chercher les fruits. Car la réserve n’est pas un endroit clos ! Les Orangs-Outans sont protégés ici, mais ils sont libres aussi de chercher leur propre nourriture et de partir plus loin. Bref, un joli moment partagé en famille et tout ça grâce à notre vie nomade !

Les Orangs-Outans de Bornéo, une espèce en danger

La réserve de Semenggoh a été créée pour venir en aide aux Orangs-Outans de Bornéo. En effet, cette espèce est en « danger critique d’extinction » ! Le dernier palier avant une disparition complète dans la nature si rien ne change… Cela a donc été une bonne occasion de discuter de tout cela avec les enfants. Car leur montrer la réalité de la dégradation de notre planète fait aussi partie de mes objectifs. La visite n’en a été que plus émouvante !

Alors à quoi est due cette extinction ? Il y a plusieurs raisons à cela, que nous avons découvert en discutant avec les rangers et à travers l’exposition :

  • La chasse (illégale bien sûr) : C’est la cause principale, à ma grande surprise ! Il faut savoir que les Orangs-Outans se reproduisent peu, 1 naissance en moyenne tous les 6 à 8 ans. Et des milliers d’Orangs-Outans sont tués chaque année…
  • La déforestation : L’industrie de l’huile de Palme y est pour beaucoup, mais également la construction d’habitats humains.
  • Le changement climatique

Pour revenir à la déforestation, le territoire des Orangs-Outans de Bornéo se réduit d’années en années. La carte ci-dessous sera beaucoup plus parlante et elle est juste effrayante :

forêt de Bornéo

En 70 ans, on voit que la forêt (je dirais plutôt jungle tropicale !) a largement diminué… et tout ça à cause de l’industrialisation. Visiter la réserve de Semenggoh, c’est aussi contribuer à la protection de ces animaux attendrissants et au regard si humain !

Mes conseils pour visiter la réserve

Voici, en vrac, quelques conseils pratiques si vous voulez rendre visite aux Orangs-Outans de la réserve :

  • Pour y aller, je vous conseille d’appeler un Grab. Il existe un bus, mais apparemment, les horaires ne sont pas vraiment respectés par les chauffeurs ! On a entendu des voyageurs dirent qu’ils avaient été obligés de faire du stop.
  • Une fois arrivés devant le portail d’entrée, dites à votre Grab de vous attendre le temps que vous achetiez les billets. Car ensuite, il faut s’enfoncer sur une route qui grimpe de quelques kilomètres pour rejoindre la première plateforme. Pensez aussi à donner votre heure de retour à votre chauffeur pour qu’il puisse venir vous rechercher !
  • Vous devez choisir votre moment de visite : soit le matin de 8h à 10h, soit l’après-midi de 14h à 16h.
  • Le tarif est de 2 euros par adulte et 1 euro par enfant (à partir de 6 ans) environ.
  • Ce n’est pas un zoo !! Les Orangs-Outans sont en réhabilitation et donc libres de leurs mouvements. Il se peut donc que vous ne voyez aucun singe, s’ils décident de ne pas venir. Nous avons eu la chance d’en voir 6 dont 1 bébé et 1 gros mâle. Mais nos amis en avaient vu qu’un seul… c’est un peu la loterie !
  • Ce que nous avons le moins aimé ? 2 pauvres crocodiles enfermés dans un tout petit enclos… je n’ai pas compris le pourquoi ! Le musée fait vieillot mais il est intéressant.
  • Vous pouvez « adopter » un Orang-Outan pour 40 euros par an environ. Vous recevrez un certificat et aurez des nouvelles de votre protégé et de sa réhabilitation. Avec les tarifs d’entrée, cela permet de faire vivre la réserve !

Enfin, voici une petite vidéo qui retrace notre demi-journée inoubliable au sein de la réserve :

Est-ce une visite qui vous plairait de faire sur l’île de Bornéo ? Y êtes-vous déjà allé ? N’hésitez pas à raconter votre propre visite dans les commentaires et votre avis !

2 Comments

  1. Un moment magique, malgré la présence de nombreuses personnes assez bruyantes.

    1. Valérie says:

      Oui, les gens manque de respect même devant les animaux sauvages…
      Heureusement, il n’y avait pas trop de monde quand nous y sommes allés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.