La mythique Venise, la ville des amoureux, avec ses canaux et ses gondoles… Il nous tardait tant d’aller la visiter ! Même si nous avons dû pour cela, passer plus de 2 heures pour la rejoindre en train depuis Bologne. Notre journée fût courte mais intense ! Surtout que je tenais absolument à visiter l’île de Burano, située à 7 km de Venise, que l’on nomme « l’île aux milles couleurs ». Dans cet article, nous vous partageons notre découverte de Venise, nos impressions et nos conseils.

Notre journée découverte de Venise

C’est donc par le train que nous arrivons dans la Cité des Doges. Après avoir passé le pont qui relie Venise au continent, nous sortons du train climatisé, au milieu de la foule. Nous sommes en plein mois de juillet, il fait très chaud et bien sûr, nous nous retrouvons au milieu de nombreux touristes. Mais dès que l’on se retrouve sur le parvis de la gare… la beauté des lieux est tellement saisissante que l’on oublie que nous ne sommes pas seuls ! Même les enfants sont impressionnés ! Les monuments, la mer, les gondoles, les ponts, les bateaux… il y a tellement à voir que nous passons notre temps à prendre des photos et à filmer. Sauf que… justement, le temps nous est compté !

Nous nous empressons de suivre les panneaux « San Marco » pour rejoindre la célèbre place. Dommage, pas le temps de nous perdre dans les ruelles étroites ni de faire un tour en gondole…

Découverte de Venise

Nous suivons donc les panneaux par facilité, car nous voulons passer l’après-midi sur Burano. De nombreuses boutiques présentent les célèbres masques de carnaval. Ils sont tous différents, colorés et donnent envie d’un jour participer au carnaval de Venise ! Nous passons sur de nombreux ponts, plus ou moins larges, mais qui nous offrent de superbes vues sur les canaux.

Malgré les bousculades des nombreux groupes de touristes, nous prenons un peu le temps d’observer la vie locale. Nous avons d’ailleurs l’impression que nous sommes les seuls à remarquer les maçons charger des gravats, non pas dans un camion, mais… dans un bateau !

Venise
Un ouvrier en plein travail (Petit clin d’œil aux anciens collègues de Lamaâ 😉 !)

Les livreurs nous impressionnent aussi. Ils arrivent en bateau, bien sûr, puis sortent les gros colis pour les poser sur un chariot à roulettes. Ils tirent ensuite le chariot pour rejoindre les boutiques et les maisons en essayant de se frayer un chemin parmi la foule. Si vous regardez bien dans la vidéo (en bas de l’article), on les aperçoit ! À un moment, nous entendons la sirène d’une ambulance. Un bateau-ambulance, bien sûr ! En fait, nous croyions naïvement qu’il y avait quelques routes sur Venise… mais pas du tout ! Tout se fait à pied ou sur l’eau.

Comme d’habitude, Nael (2 ans) nous impressionne car il marche volontiers et d’un bon pas ! Nous voyageons sans poussette, mais pour les parents qui se posent la question : oui il est possible de venir à Venise avec une poussette, de préférence légère. Il faudra juste que vous la portiez pour traverser les ponts, mais il y a de nombreuses places et rues pour souffler ensuite.

Nous passons sur le fameux pont du Rialto, long de 48 mètres. Il est aussi très large car il comporte une double rangée de boutiques de souvenirs. Nous prenons le passage pour piétons, mais il y a trop de monde pour pouvoir s’arrêter. Nous continuons donc notre route vers la Place Saint-Marc. Nael commence à fatiguer et termine le parcours, endormi sur Lamaâ. Il ne verra donc pas notre arrivée sur la célèbre place. Nous sommes impressionnés par les monuments qui la bordent ! Le Palais des Doges est tout simplement sublime. De nombreuses personnes font la queue pour pouvoir entrer et monter à l’étage. Il doit y avoir une superbe vue depuis là-haut mais nous sommes limité dans le temps…

Nous nous éloignons de la foule pour rejoindre l’entrée du Grand Canal, l’artère principale de Venise. Mine de rien, cela fait déjà 2 heures que nous marchons ! Il est plus de midi, les enfants ont faim. Nous décidons de partir vers le Ferry qui nous emmènera sur l’île de Burano. Encore une bonne vingtaine de minutes de marche… Mais les ruelles sont d’un coup plus calmes, moins envahies et nous apprécions encore plus !

Nous entrons dans une sorte de taverne : le Bar Puppa. J’avais déjà repéré la veille qu’ils n’étaient pas trop cher et près du ferry que nous devons prendre. L’intérieur est petit et nous sommes obligés d’attendre qu’une table se libère. Nael en profite pour se réveiller et nous commandons des pizzas. Cette pause est la bienvenue pour les petits comme pour les grands !

Visite de Burano, l’île aux milles couleurs

Nous aurions pu prendre plus de temps sur Venise, mais il y a quelques mois je suis tombée sur des photos de Burano. Et depuis, je rêve d’y aller un jour ! Il faut savoir que Venise est un ensemble de 118 îles, plus ou moins éloignées les unes des autres, dont fait partie Burano. Pour rejoindre cette île, nous prenons la ligne 12 (F.te Nove « A »). C’est un peu le bus vénitien ! Nous profitons donc des 45 minutes de bateau pour admirer le paysage et nous reposer. Nael est heureux, il chante à tue-tête : « Bateau sur l’eau » (Oui il ne sait dire que cette phrase ! lol). Nous passons devant l’île-cimetière de Venise, très impressionnante avec son église et ses remparts. De nombreux bateaux privés passent près du ferry et nous apercevons même un garage sur l’eau, qui rejoint une villa !

Le premier arrêt se fait sur l’île de Murano, la plus connue et la plus grande de la lagune. Une famille française avec qui nous avons sympathisé (les premiers français que nous rencontrons depuis notre départ !) nous dit que c’est l’île des souffleurs de verre. Ils descendent là, avec la plupart des passagers. Nous continuons donc notre route pour rejoindre Burano. Cette île est en fait composée de 4 îlots et seulement 3 000 habitants y vivent à l’année. Elle est connue pour sa dentelle à l’aiguille, pratiquée depuis le 16ième siècle. D’ailleurs quelques boutiques vendent les produits des dentellières. Mais ce sont surtout ses maisons colorées qui attirent les visiteurs !

Il paraît que ce sont les femmes des pêcheurs qui utilisaient la peinture du bateau de leur mari pour repeindre la maison. Ainsi, les hommes pouvaient repérer leur maison de loin. De nos jours, la tradition perdure et les habitants jouent vraiment le jeu ! Par exemple, le linge est souvent assorti avec les couleurs de la maison.

Malgré leur fatigue, les enfants déambulent avec nous au milieu des allées. Il y a beaucoup moins de monde qu’à Venise, on peut donc prendre notre temps pour admirer les maisons. Je ne pensais pas que les couleurs étaient si intenses ! C’est magnifique, surtout avec le soleil qui les rend encore plus lumineuses.

Nous avons l’impression d’être dans un autre monde ! Comme ce doit être agréable de vivre ici, au milieu de toutes ces couleurs ! Là encore, il y a quelques canaux et des ponts. Au loin, on aperçoit l’église, penchée…

Nous ne pouvons rester qu’1h30 sur Burano… bien trop court ! En attendant le ferry, les enfants jouent sur l’herbe et se rafraîchissent à la fontaine. Nous avons 3 heures de trajet au total pour le retour sur Casalecchio di Reno. Nous rentrons donc fatigués, mais des étoiles pleins les yeux !

Au final, nous avons adoré l’île de Burano, voire même plus que Venise ! Peut-être est-ce le fait que nous sommes en été et qu’il y avait trop de monde ? Quoiqu’il en soit, une journée c’est vraiment trop court… Nous avons le sentiment d’avoir couru à droite à gauche pour en voir le maximum. Alors que nous préférons de loin le slow travel ! Mais nous ne pouvions pas repartir d’Italie sans avoir vu la Sérénissime. Nous espérons un jour revenir, mais cette fois, hors saison touristique (l’hiver, ça doit être sympa aussi !) et surtout, plus longtemps !

Enfin, voici la vidéo de cette merveilleuse et épuisante journée 😉 :

Et vous, êtes-vous déjà parti à la découverte de Venise ?

N’hésitez pas à donner vos bons plans dans les commentaires, ainsi que vos impressions !

2 Comments

  1. Charlene (Pasta et Bambini) says:

    Magnifique Venise ! Nous y avions passé 3 jours au printemps il y a quelques années. Cela nous avait laissé le temps de visiter le palais des doges qui prend déjà une demi journée, d aller à Murano et surtout de profiter des soirées vénitiennes autour d’un spritz et de cicchetls (les tapas locales). Par contre nous n’avions pas été à burano et ce récit me donne envie de retourner à Venise pour contempler cette belle île! Bonne route !

    1. Valérie says:

      Merci Charlène 🙂
      Oui Burano vaut vraiment le coup d’y retourner ! 3 jours, c’est chouette… Nous, en 1 journée c’était beaucoup trop court. Mais maintenant que nous sommes libres géographiquement, rien ne nous empêche d’y retourner 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.