Lors de la préparation de notre vie nomade, nous avons passé des heures à nous demander quel bagage choisir. Valise à roulettes, sac-à-dos style backpacker, toile souple ou rigide, etc… Sachant que nous partons pour une durée indéterminée, toute notre vie doit nous suivre. Dans cet article, je vous présente ce que nous avons choisi et je vous donne des conseils pour bien choisir votre propre bagage.

Choisir son bagage selon son profil de voyageur

Si vous commencez à chercher sur internet le bagage de vos rêves, vous serez confronté à de nombreux choix ! Les caractéristiques sont tellement nombreuses (poids, taille, serrure, volume et solidité entre autres), que l’on se sent parfois perdu. Pour vous aider à y voir plus clair, j’ai compilé le résultat de mes recherches en présentant les avantages et les inconvénients selon les bagages et le style de voyage.

  • Le sac-à-dos style backpacker

C’est le bagage le plus léger à vide, et il vous sera utile si vos déplacements sont fréquents, tel un tour du monde. Il est facile à transporter mais aussi à caser dans les transports locaux, comme les taxis collectifs ou un bus bondé. Certains sacs-à-dos sont maintenant équipés de 2 roulettes et d’une poignée télescopique pour vous épargner le mal de dos. À vous de voir si cela peut vous aider ou vous encombrer. Le principal inconvénient du sac-à-dos, outre le poids à soulever, est sa fragilité en cas de voyage en soute d’avion. De plus, ils ont rarement de système de serrure intégré.

Pour bien choisir votre sac-à-dos, je vous recommande de vérifier ces caractéristiques :

  1. Le volume : Un bon 60L vous suffira amplement, quitte à ajouter un petit sac ventral supplémentaire. En effet, on a souvent tendance à vouloir le remplir à bloc ! Si vous le portez tous les jours, pensez à votre dos. Si par contre, vous restez longtemps dans chaque endroit, vous pouvez prévoir de prendre un sac plus gros.
  2. Les compartiments : Il vous sera utile d’avoir plusieurs compartiments dans votre sac. Vous n’aurez ainsi pas à le vider à chaque fois pour retrouver un objet important 😉
  3. Le confort : Les bretelles doivent être larges et rembourrées. Vous pouvez aussi opter pour un sac-à-dos avec une ceinture de maintien à la taille et le dos également rembourré.

Notre choix : Parmi les bagages que nous avons choisi d’emporter, nous avons opté pour 2 petits sacs-à-dos (pour Lamaâ et moi). Nous avons privilégié le confort avec la ceinture de maintien et le rembourrage. Ils possèdent aussi pas mal de compartiments ! Nous avons fait le choix de petits sacs, pour pouvoir les emporter en bagage cabine si l’on prend l’avion. Comme nous nous installons de 1 à 3 mois dans le même logement, cela nous suffit amplement. Sur place, nous nous en servons pour emporter un pique-nique lors d’une sortie ou bien pour ramener les courses.

  • La Valise souple

L’avantage d’une valise souple est qu’elle peut posséder une poche sur le devant, voire au dos. Il en existe de toutes les tailles, mais si vous optez pour un bagage cabine, une petite valise souple peut facilement être tassée pour entrer dans le gabarit des compagnies aériennes low-cost. Elles sont souvent moins chères qu’une valise rigide et peuvent avoir un système de serrure sécurisé. Par contre, la toile peut s’abîmer plus vite et si vous la faites voyager en soute, il y a le risque du déchirement. Les caractéristiques à vérifier :

  1. Le format : Si vous prenez souvent l’avion et que vous voulez faire entrer votre valise en bagage cabine, attention à ne pas dépasser la dimension maximale autorisée par les compagnies. Les low-costs sont les plus restrictifs, avec en moyenne autorisée : 55 x 40 x 20 cm. Attention aussi au poids total qui ne doit pas excéder 10kg environ. Pour en savoir plus, le site Skyscanner propose un guide sur les bagages à main, bien pratique !
  2. La sécurité : Si vous êtes digital nomade et/ou que vous voyagez avec des outils informatiques, comme nous, la sécurité du bagage est primordiale. Une serrure TSA, c’est à dire aux normes américaines, est rassurante. Elle fonctionne par code et possède une petite serrure, que seuls les douaniers peuvent ouvrir avec leur clé spéciale (oui, même pas vous !). On reconnaît une serrure TSA grâce à son petit losange rouge.
  3. La praticité : Là aussi, plusieurs compartiments peuvent être avantageux. Des roulettes (2 ou 4) encastrées protègent davantage le bagage et permettent de le déplacer facilement. La canne de traction doit pouvoir se régler à votre hauteur.

Notre choix : Pour chacune de nos filles, nous avons choisi une valise souple au format « bagage cabine », pour pouvoir les embarquer avec nous dans l’avion. Elles ont des compartiments, 2 roulettes intégrées et la fameuse serrure TSA. Sara et Inès y transportent leur ordinateur et leurs affaires personnelles.

 

 

  • La Valise rigide

Plus solide que la souple, elle est par contre souvent plus chère et plus lourde. Si vous prenez l’avion, le bagage en soute ne doit souvent pas dépasser les 20kg, sinon des frais supplémentaires s’appliquent. Par contre elle est solide et peut avoir une grosse capacité. Les nouvelles matières, en polycarbonate, sont normalement indestructibles. À vous de voir si vous voulez y mettre le prix… tout dépend de l’usage que vous en ferez ! Les caractéristiques à vérifier sont les mêmes que pour la valise souple.

Notre choix : Nous avons choisi une valise rigide de grande capacité (78cm). C’est le seul bagage que nous mettons en soute dans l’avion. La valise peut contenir le lit de Nael, possède 4 roulettes multidirectionnelles, plusieurs compartiments à l’intérieur et une serrure TSA. La coque de la valise paraît hyper fragile mais pour l’instant, rien à redire sur sa solidité (à voir avec le temps).

Bleu Cerise, une boutique en ligne qui mérite à être connue

Nous avons acheté tous nos bagages sur le site en ligne Bleu Cerise. Lorsque je les ai contacté pour leur raconter notre projet et leur dire que nous avions 5 bagages à commander, ils nous ont gentiment offert une réduction. Mais si nous nous sommes dirigés vers eux, c’est surtout pour leurs prix très attractifs. Ils proposent toutes sortes de bagages (ça va du sac scolaire à la valise rigide en passant par les sacs à mains) et d’accessoires, dans des tarifs imbattables. Je me suis même laissée tenter par un sac à main et une pochette à 5 euros pour Sara. Ils proposent de nombreuses marques comme Samsonite, Little Marcel, Lee Cooper, etc… Nous avons préféré choisir la marque australienne « David Jones » pour nos bagages. N’hésitez pas à les contacter, ils sont très réactifs et très sympas au téléphone ! Et pour l’info, nous n’avons rien à y gagner 😉

 

Conclusion : Selon votre façon de voyager, votre bagage sera différent. Un sac-à-dos est plus adapté à un voyageur qui bouge tous les jours, dans le cadre d’un tour du monde par exemple. Pour des voyageurs qui restent longtemps au même endroit, comme les nomades digitaux, sac-à-dos et valises peuvent très bien se combiner.

Enfin, ne pas oublier de prendre un mini-sac pour le petit dernier… qui veut faire comme les grands !

Et vous, comment avez-vous choisi votre bagage ? 

bagages vie nomade
Une partie des bagages, avec le petit lit de Nael (que nous mettons dans la grande valise)

 

 

2 Comments

  1. Mrjo says:

    Merci pour ce partage très intéressant sur les valises. Mine de rien un sujet importantissime quand on crapahute sur cette étonnante planète !
    Nous avons longtemps voyagé avec des grands sacs à dos pour sillonner le monde (Europe, Asie, Caraïbes et Amérique du Nord et centrale).
    Depuis quelques années, nous avons investi dans des valises à 4 roulettes de taille moyenne et… quel confort pour le dos !!! En Chine cet été, 48 degrés en température ressentie (inhumain…), je plaignais et souffrais en voyant les porteurs (en sueur) de sacs à dos (même petits).

    Je découvre et suivrai dorénavant votre aventure de vie.
    Bon courage et bravo !

    1. Valérie says:

      Oui c’est sûr qu’il faut épargner son dos ! Surtout que maintenant, on peut même trouver des sacs à dos à roulettes. Après, tout dépend du type de voyage, mais le principal reste de ne pas s’encombrer. On en amène toujours trop ! En tout cas, beau parcours que le votre ! On est encore loin d’avoir tout vu 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.