Témoignage d’une famille nomade : AgoTrip

Lorsque l’on se prépare à changer de vie, on cherche forcément d’autres personnes qui sont passées par là. Au début de notre réflexion sur la vie nomade, nous avions trouvé le site de Muriel et Christophe. Avec leurs deux jeunes enfants, ils ont décidé de tout quitter en France afin de partir sur les routes. Ils ont gentiment acceptés de répondre à mes questions. Je vous laisse découvrir le témoignage de cette famille nomade :

  • Pouvez-vous présenter votre famille en quelques mots ?

Christophe, 38 ans, web entrepreneur.

Muriel, 36 ans, s’occupe de l’instruction en famille, de créer et partager les vidéos de notre expérience, de l’intendance de la maison, et se bat contre l’agoraphobie.

Léna, 5 et demi ans, et Lissandre, 4 ans.

Nous vivions à côté de Erquy, dans les Côtes d’Armor où nous avons passé un peu moins de 2 ans. Nous étions dans la région de Nantes les années précédentes.

 

  • Comment vous est venue l’idée de devenir une famille nomade ?

L’idée est finalement venu au moment où je voulais me séparer de mes bureaux Nantais qui me coûtaient de l’argent et qui n’avaient plus d’intérêt stratégique pour le développement de l’entreprise, surtout que je travaillais de plus en plus à la maison. La solution était alors de se trouver une grande maison où nous pourrions disposer de plus d’espace pour y intégrer 1 ou 2 grands bureaux. C’est à ce moment que nous avons pris conscience que nous pouvions partir partout en France et que nous avons cherché la meilleure opportunité sur le territoire national. Nous avons choisi les Côtes d’Armor à 10 min de très belles places où nous avons vécu 1 an et demi.

L’étape suivante aurait pu être d’aller s’installer dans un autre pays mais l’occasion était trop belle pour ne pas exploiter pleinement notre liberté géographique.

  • Entre le moment où votre décision a été prise et le jour de votre départ, combien de temps s’est écoulé ? Quels ont été vos préparatifs ?

Il nous a fallu environ 6 mois et cela s’est fait assez sereinement, en prenant notre temps. Le plus long aura été de confirmer que ce projet était viable sur la durée en modifiant certains paramètres professionnels.

Tout s’est vraiment accéléré au moment où nous avons donné notre préavis et où une date de départ était clairement identifiée.

Nous avons vendu, donné, jeté. Plus la maison se vidait, mieux nous respirions ce vent de liberté.

  • Comment financez-vous votre vie de nomade ?

Nous avons des entrées d’argent issues de notre entreprise sur le web, ainsi que de quelques actions de trading sur la crypto-monnaie. Nous travaillons sur des partenariats qui nous permettent parfois d’éviter de payer, en tout ou partie, les logements qui sont notre premier poste de dépense.

  • Depuis combien de temps êtes-vous partis et quels endroits avez-vous déjà traversés ?

Nous sommes partis fin mai 2016 et nous avons déjà traversé le Portugal durant 4 mois et l’Espagne durant 3 mois, nous sommes actuellement en Italie.

  • Comment instruisez-vous vos enfants et comment vivent-ils cette nouvelle vie ?

Nous sommes sur un mode d’instruction très informel, où tout est prétexte à l’instruction. Notre quotidien est un environnement propice pour aborder de nombreux sujets. Il n’y a pas d’objectifs précis pour une date précise, pas d’heure ni de jour. L’important étant d’éveiller leur curiosité et qu’ils prennent du plaisir afin qu’ils deviennent de plus en plus acteur de leur apprentissage.

Léna, qui a eu de belles expériences d’amitié à l’école, montre très clairement un vide qu’elle n’arrive pour le moment pas à combler. Quant à Lissandre, il a l’air de bien s’adapter et montre un enthousiasme qui le fait rapidement progresser.

  • Quel a été votre meilleur moment jusqu’à présent ? Et votre pire galère ?

Il n’y pas véritablement un moment fort en particulier car nous vivons de très belles choses chaque mois. Nous adorons par contre les rencontres totalement imprévues comme celle que nous avons faites dans un petit village du Portugal durant une ballade. Alors que nous cherchions simplement à connaître le nom d’une fleur, nous avons fini par nous retrouver chez un vieux monsieur qui nous a gentiment invité chez lui pour nous faire visiter son jardin. Malgré la barrière de la langue, nous avons partagé un bout de nos vies.

Le pire moment est assez simple, c’était au tout début, au Portugal. Lissandre, notre fils, est allergique à certains aliments et bien que nous faisions attention à son alimentation, nous avons constaté une rapide aggravation de l’état de ses mains qui se sont retrouvées à cloquer. Les soins de surface habituelle ne réglait pas la situation, ni le petit hôpital du coin.

Ici s’arrête le mauvais souvenir, car la suite est une belle histoire de rencontre et de générosité.

  • Pouvez-vous donner 1 avantage et 1 inconvénient de ce mode de vie ?

L’avantage ultime est de vivre là où il nous plaît et le temps qui nous plaît. Cette liberté est précieuse.

L’inconvénient, lorsqu’on vit 24/24 ensemble, c’est de trouver du temps de qualité pour travailler 🙂

 

Et pour compléter ce témoignage de la famille nomade AgoTrip, je vous partage une de leurs vidéos, où Muriel donne de bonnes astuces pour négocier un tarif de location d’hébergement. Enfin, vous pouvez aussi découvrir 5 raisons de devenir à notre tour une famille nomade !   

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *