Le 1er janvier 2018, nous fêtions la nouvelle année à Malaga, en Espagne… mais aussi nos 6 premiers mois de vie nomade en famille ! Comme le temps passe vite ! Et en même temps, nous avons vécu dans seulement 3 pays lors de ces 6 mois. Mais c’est ce que nous voulions, prendre le temps et pratiquer le voyage lent. Ces 6 derniers mois ont été riches, en terme de visites et de découvertes, mais aussi en rencontres ! Il a fallu aussi que nous trouvions un rythme d’organisation, notamment avec le début de l’instruction en famille, chose nouvelle pour nous. Voici donc le bilan de ces 6 derniers mois, avec en fin d’article, les réponses aux questions que vous nous avez posé sur les réseaux sociaux et en message privé !

vie nomade en famille

Nos différents lieux de vie ces 6 derniers mois

Depuis notre départ définitif de la Charente-Maritime, le 1er juillet 2017, nous avons logé dans différents logements, principalement des locations trouvées sur Airbnb :

  • 4 nuits chez ma sœur, à Bordeaux, avant de décoller pour l’Italie
  • 1 mois et 3 semaines à Casalecchio di Reno, en Italie, via Airbnb (Chez Marco, un sympathique professeur d’histoire qui parle français… pour une première location, cela nous a rassuré ! Je ne peux pas vous donner son lien Airbnb car il a déménagé depuis)
  • 1 nuit à La Teste de Buch, fin août, dans le bassin d’Arcachon via Airbnb
  • 1 semaine dans un camping, en mobil-home, sur le bassin d’Arcachon, pour assister au mariage de ma sœur 😉 Cela nous a permis de revoir une bonne partie de la famille !
  • 3 mois à Monastir, en Tunisie, via Airbnb (Chez Leïla et son mari, dans une belle villa de 4 chambres et un grand patio =} https://www.airbnb.fr/rooms/15963848 )
  • 2 nuits à Djerba, une avant de partir pour notre circuit dans le Sahara tunisien et une au retour
  • 1 nuit dans une maison troglodyte à Chenini pendant notre circuit
  • 1 nuit sous une tente, au pied des dunes du Sahara
  • 1 nuit à Paris Orly, le 1er décembre, dans un hôtel « Ibis Budget » (Passer du désert au froid de Paris en quelques jours, dur dur…)
  • 1 mois (pour l’instant 😉 à Malaga, en Espagne, via Airbnb (Chez Lourdes et Juan, dans un appartement situé à 10 minutes à pied du centre-ville =} https://www.airbnb.fr/rooms/3841561)

 

Voilà pour nos différents logements de notre vie nomade en famille des 6 derniers mois ! Nous privilégions les locations sur Airbnb pour plusieurs raisons : les tarifs sont souvent avantageux et nous pouvons trouver du wifi (indispensable pour mon travail et celui de nos filles) de bonne qualité.

Lors de notre départ en Italie, je n’ai pas osé trop négocier le tarif mensuel, mais maintenant je n’hésite plus. Voici notre astuce pour trouver un logement dans notre budget :

  • D’abord, nous sélectionnons « logement entier » et dans les critères, nous cochons toujours « wifi-internet » et « lave-linge » (nos indispensables !!)
  • Ensuite, je contacte les propriétaires AVANT de réserver. Je leur demande s’il peuvent nous faire une réduction, sachant que nous ne sommes pas en vacances mais que nous vivons de façon nomade en famille. Je leur parle du blog bien sûr et insiste bien sur le fait qu’internet est indispensable pour nous.
  • Nous avons un petit budget pour le logement (600 euros max) et nous essayons donc de négocier à ce prix-là ou moins ! Par exemple, en Tunisie et en Espagne, les 2 logements étaient à 1500 euros le mois. En Tunisie, on a pu l’avoir pour 500 euros le mois et en Espagne à 600 ! Nous étions en hors-saison donc les propriétaires préfèrent louer le mois entier, quitte à baisser leur prix que de ne pas être sûr de louer… Et à chaque fois, ils sont surpris de notre mode de vie et sont heureux d’en discuter avec nous 🙂
  • Une fois qu’ils ont acceptés, ils créent une « offre spéciale » sur Airbnb. Nous payons donc toujours le 1er mois directement sur la plateforme. Par contre, une fois sur place, pour les 2ème et 3ème mois, nous nous arrangeons avec eux. Cela nous évite à eux, comme à nous, de payer les frais Airbnb !

En Italie, l’été dernier, il a été plus difficile de négocier. Bien sûr, en haute saison, les propriétaires préfèrent louer à la semaine ! Nous n’avons donc pas pu louer en bord de mer mais dans une petite ville, tout près de Bologne. Nous avons tout de même pu louer à 800 euros le mois de juillet et 600 euros les 3 semaines d’août.

Pour l’instant, toutes ces locations se sont très bien déroulées ! Pas de mauvaises surprises, pas d’annulation de dernier moment. Au contraire, nous avons été très bien reçus partout.

Si un jour, vous voulez prendre une location sur cette plateforme, voici notre lien de parrainage : www.airbnb.fr/c/valeries3500

Ce lien vous permet d’avoir une réduction de 25 euros sur votre location ! Et pour nous, cela nous offre 15 euros. Nous sommes donc tous gagnants !

Nos différents transports ces 6 derniers mois

En 6 mois, voici les différents transports que nous avons utilisés pour notre vie nomade en famille :

  • Le train en France, pour rejoindre Bordeaux
  • L’avion pour rejoindre l’Italie, la Tunisie et l’Espagne (Avec les compagnies : Ryanair, Tunisair, Transavia et Vueling)
  • Le train en Italie : Les petits TER étaient assez propres et toujours à l’heure, contrairement à ce que l’on nous avait dit !
  • Le Vaporetto à Venise : Ce sont des bateaux-bus !
  • Les taxis en Tunisie : Je n’en ai jamais pris autant de ma vie ! Les tarifs sont affichés au compteur et c’est un mode de déplacement économique. Seul problème : nous sommes 5 et la plupart refusaient de nous prendre, la loi les obligeant à prendre seulement 4 passagers. Heureusement, nous avons toujours fini par trouver un chauffeur conciliant ! Inès devait juste se baisser lors des passages devant les policiers !
  • Les louages en Tunisie : Ce sont des taxis collectifs qui relient une ville à l’autre, dans les stations de louage. Ils attendent que le taxi soit plein (environ 8 places) et nous pouvons partir. Là, du coup, à 5 nous remplissions rapidement le louage !
  • Un 4×4 avec chauffeur et guide : Pendant notre circuit dans le désert !
  • Le train en Espagne : Pour l’instant, nous avons pris 1 fois le train pour rejoindre une famille française à Benalmadena.
  • Nos pieds : depuis notre départ, nous marchons beaucoup ! Surtout à Malaga où nous pouvons aller partout à pied. Une bonne partie du centre-ville est piéton et la plage est à 3 km environ de notre appartement. Du haut de ses 2 ans, Nael nous impressionne car il est capable, au bout de 6 mois de voyage, de parcourir jusqu’à 5 km à pied sans râler !

Pour réserver nos billets d’avion, nous passons directement par les sites internet des compagnies aériennes. Mais pour comparer les prix, nous utilisons l’application (et le site) « Skyscanner » ! En effet, il y a une fonction que j’adore : en mettant la ville de départ et pour un aller simple, je clique sur « Partout ». Skyscanner va alors donner la liste des pays d’arrivée en fonction du tarif !

Mis à part la Tunisie où nous voulions aller aussi pour voir la famille de Lamaâ, pour les autres destinations nous avons procédé de cette façon. Premier départ depuis Bordeaux, cela me sort « Bologne » ! Ok, on y va !

Au départ de Paris, il y a beaucoup de choix… Nous voulions du soleil, je regarde : « Malaga ». Ok, on réserve le logement !

C’est en effet de cette façon que nous trouvons nos prochaines destinations, sauf impératifs. Cela laisse une part de surprise et de découverte (Nous aurions plus choisi Séville par exemple) que nous ne regrettons pas. Cela nous permet aussi de trouver des vols abordables !

Enfin, pour comparer tous les déplacements (à pied, bus, train, avion, taxi) nous utilisons le site « Rom2Rio ». J’ai même installé leur application sur mon mobile. Vous mettez une adresse de départ et une d’arrivée et ils vous calculent le moyen le moins cher et le plus rapide pour vous y rendre. J’adore ce site, il est devenu indispensable pour nous !

Il y a aussi l’application « maps.me » que nous utilisons très souvent. C’est un GPS (comme Google Maps), mais qui fonctionne même sans connexion internet ! Il suffit juste de télécharger la carte de la région ou du pays où vous vous rendez, auparavant. Cela nous sert beaucoup dans nos déplacements à pied. Cela nous évite de nous perdre (enfin… la plupart du temps !)

Nos débuts d’instruction en famille

Je sais que vous attendiez notre retour d’expérience avec impatience 😉 J’ai voulu attendre quelques mois avant d’en parler, pour pouvoir me faire une idée et voir ce que cela donne pour nos filles. Je ferai un article complet sur l’instruction en famille car il y a beaucoup de choses à dire ! Mais voici déjà notre bilan sur ces 4 premiers mois d’école « hors norme ».

Pour rappel, nous avons choisi d’inscrire nos filles dans une école virtuelle, le CNEEL. Sara a donc fait sa rentrée en 3ème et Inès en CM1. Nous avons fait ce choix car je travaille en freelance et Lamaâ ne se sentait pas de leur faire cours, le français n’étant pas sa langue d’origine. Il doit déjà gérer Nael le matin, en plus !

Avant d’inscrire nos filles, nous ne trouvions aucun renseignements ou très peu sur le Cneel. Ce que j’en pense 4 mois après ? Pour Inès, c’est extra ! Pour Sara, je suis mitigée. En effet, les cours sont un peu différents entre « primaire » et « collège ». Sara a cours 4 matinées par semaine (lundi, mardi, jeudi et vendredi) de 9h à 12h30. Elle a 4 cours par matinée avec un professeur dans chaque matière (comme dans un collège classique). Le niveau est très bon et j’ai l’impression qu’ils avancent vite car ils ne sont pas trop nombreux dans la classe (une vingtaine).

Là où je suis mitigée, c’est qu’il y a souvent des absences ou des changements de professeurs. Par exemple, tous les jeudis et vendredis, le prof de français est absent. Ce qui lui fait 3 cours non assurés ! Alors parfois il leur laisse du travail à faire mais pas toujours. Heureusement il y a la plateforme où Sara peut avancer à son rythme ! Elle y trouve des vidéos et des exercices interactifs, des parcours notionnels et même des annales de brevet. Pour certaines matières, le professeur change tous les mois, sans explications. Elle a des devoirs à faire l’après-midi mais ça reste raisonnable. Par contre, elle est très réservée de caractère et je trouve qu’il y a moins d’interactions que dans les cours des primaires (les webcams des élèves ne sont pas allumées). Du coup, elle ne parle pas aux professeurs. Elle a donc de très bonnes notes en anglais et en espagnol mais ça reste surtout de l’écrit…

Pour Inès, en revanche, c’est super ! Les débuts ont pourtant été très chaotiques. Son ancienne école et ses amis lui manquaient beaucoup à la rentrée, elle a donc fait un rejet de l’école virtuelle. Elle se déconnectait « exprès » (On l’a deviné après quelques semaines !) des cours, elle ne faisait aucun effort et refusait de parler à sa maîtresse. Je vous avoue que c’était décourageant ! Pourtant elle est dans une classe de CM1-CM2 où elle peut voir sa maîtresse en webcam, ainsi que les 10 autres élèves. Elle a cours 4 matinées par semaine, comme Sara, mais de 9h à 11h40. Le niveau est très bon aussi et elle a un emploi du temps comme au collège (Français et Maths tous les matins + Sciences, Anglais, Histoire/Géo et Méthodologie). Donc 3 cours par matinée ! Elle a aussi des devoirs à faire l’après-midi et un accès à la plateforme.

Heureusement, elle a fini par apprécier sa nouvelle maîtresse et elle discute maintenant avec certains élèves sur Skype ! (Même pendant les cours… je m’en suis aperçue aussi ! Grrr). Elle fait beaucoup de progrès car avec 10 élèves, c’est presque du cours particulier ! Je l’entends lire et parler à la maîtresse, elle lève souvent le doigt. Elle a même été élue déléguée adjointe de sa classe virtuelle ! Elle en est toute fière. Inès est beaucoup moins scolaire que Sara mais au fil des semaines, elle s’est investie et a fait de gros progrès.

En septembre, je stressais tellement qu’elles n’apprennent pas tout ce qu’elles devraient, que je leur imprimais des fiches pour les faire travailler l’après-midi. Inès s’est braquée et le mois de septembre nous a épuisé nerveusement… C’était colère après colère, de sa part et de la nôtre !

Aujourd’hui, 4 mois après la rentrée, nous sommes beaucoup plus détendus ! J’ai abandonné les fiches. Inès travaille le matin sans se déconnecter (ouf !), je peux enfin la laisser travailler dans sa chambre et lui faire confiance. L’après-midi, elles font leur devoirs mais elles en ont pour 1 heure maximum. Et ensuite… je les laisse tranquille !

Je me rends compte qu’elles apprennent d’elles-mêmes des choses qui les intéressent. Elles fabriquent des jeux, lisent et découvrent les pays. Notre vie nomade en famille leur permet d’apprendre l’histoire, la géographie, les langues, la culture et les traditions des pays que nous traversons. Depuis que j’ai lâché du lest… cela se passe beaucoup mieux !

Notre rythme de vie nomade en famille

Au fil des mois, notre rythme a changé. Pendant notre séjour en Italie, nous avions l’impression d’être en vacances ! Même si j’ai travaillé tout l’été 😉

Depuis septembre, et avec la reprise de l’école pour les filles, nous avons enfin pris un rythme plus organisé. En gros, je me lève la première pour débuter vers 8h du matin. Je travaille pendant que les filles sont en direct avec l’école, jusqu’à 12h30. Pendant ce temps, Lamaâ s’occupe de Nael et le sort un peu. Mais parfois il est difficile de se concentrer quand Inès m’appelle pour me dire « Maman, ma webcam fonctionne pas ! » ou que Nael vient me voir « Maman, câlin !!! Arrête cravailler » ou même Lamaâ (Si si !) « Je prépare quoi pour le repas ? », sans oublier Sara « Maman, mon prof est absent, je fais quoi ? »…

Mais bon, si ça m’embêtait au début, je finis par m’y habituer ! C’est aussi ça la vie nomade en famille. Heureusement lorsque les enfants sont en vacances, je suis tranquille jusqu’en fin de matinée pour cause de grasse mat’ !

Après le repas du midi, Nael part faire sa sieste pendant que les filles font leurs devoirs. J’aide souvent Inès pour ses devoirs, qui a plus de difficultés de concentration que Sara. Je travaille aussi soit pour mes clients, soit pour le blog et surtout en ce moment dans la rédaction de ma formation. Dès que Nael est réveillé, on part se balader. On fait une visite, les courses ou encore la plage ou la bibliothèque (on a trouvé des livres en français à l’Alliance Française de Malaga).

Le weekend, bien sûr, je travaille beaucoup moins et nous faisons de plus grosses sorties, à la journée ou demi-journée. Pour l’instant, on reste sur cette organisation, mais ça risque de changer en septembre 2018 car Nael débutera sa petite section de maternelle. À suivre…

Gestion de notre Budget

On nous pose souvent la question, alors je vais essayer de détailler notre nouvelle façon de vivre. Nous avons vendu notre maison et tout nos biens matériels avant de partir, ce qui nous fait une « cagnotte » d’avance. Pas si grande que ça, car nous avions pas mal de crédits à rembourser (maison achetée 5 ans auparavant seulement), mais au moins nous ne sommes plus endettés !

Ensuite, nous vivons uniquement avec mes revenus (Valérie) de rédactrice web et community manager freelance. Au fil des mois, j’ai trouvé de nouveaux clients et une fois enlevé les charges de microentrepreneur (Rhaaa !!), il nous reste de quoi vivre. Pour l’instant, je travaille environ 20 heures par semaine. Je pourrais prospecter plus pour gagner plus, mais mon but n’est pas de reprendre une vie à cent à l’heure où je ne pourrais pas profiter des enfants.

Pour l’instant donc, mes revenus nous suffisent pour payer la location Airbnb (600 euros max), les courses pour le mois, l’école des filles, les noms de domaine et hébergements de mes sites (que je vais revoir à la baisse), un forfait téléphone et quelques visites avec transport par mois.

Par contre, nous ne pouvons pas mettre de l’argent de côté pour l’instant. C’est pour cela, qu’en 2018, notre objectif est de multiplier nos sources de revenus. Pour cela, je compte mettre en vente ma formation « Devenir Rédacteur Web ». En effet, de nombreuses personnes me contactent pour savoir comment travailler depuis son domicile, avoir un complément de revenus, voire même de devenir digital nomade. J’ai donc eu l’idée de créer une formation complète de A à Z. Pour les personnes intéressées, je viens d’ailleurs de créer un groupe Facebook, pour nous rassembler : « Formation : Devenir Rédacteur Web ». Je vous y donne les détails des modules notamment. Nous pouvons échanger sur votre projet et je vais commencer à vous donner quelques conseils ! La formation sera en vente d’ici quelques semaines.

Nous vous avions aussi parlé de notre boutique en ligne en Dropshipping, avec des produits artisanaux. Nous avons testé avec des artisans tunisiens… et malheureusement, certains nous ont déçus. Plus de nouvelles de leur part, beaucoup de retard dans la fabrication… C’est ce que nous redoutions le plus ! Nous avons donc décidé de mettre le site en pause. Nous n’abandonnons pas l’idée mais peut-être avec d’autres produits à vendre. À voir…

Lamaâ aimerait aussi commencer à travailler, mais plus pour des jobs trouvés sur place. Nous avons une petite idée pour la fin d’année 2018 et nous réfléchissons pour cet été. Le travail manuel lui manque et cela nous permettra de mettre aussi de l’argent de côté.

Si nous arrivons à nous en sortir financièrement, voire même de mieux vivre qu’avant (plus de sorties, restos, etc…), c’est parce que nous avons beaucoup moins de frais qu’avant ! Nous ne payons plus d’assurances maison et auto, plus de taxes locales, plus d’électricité, de chauffage, de gaz, de forfait internet, de frais d’équipement pour la maison ou de réparations pour la voiture, de taxe foncière, etc…

Tout est inclus dans nos locations mensuelles ! Nous restons au moins 2 mois au même endroit pour limiter les frais de transports (pris dans la réserve pour l’instant). De plus, nous vivons dans des pays où la vie est moins chère qu’en France. Par exemple, un restaurant chic en Tunisie, pour 5, nous coûte dans les 17 euros !

Bref, nous gagnons moins qu’avant (quoique, je suis presque arrivée au niveau de mon ancien salaire net en France, mais en faisant 20 heures par semaine !) mais nous vivons mieux. Notre prochain objectif est de pouvoir mettre de l’argent de côté tous les mois pour pouvoir partir plus loin… et profiter de cette vie nomade en famille le plus longtemps possible !

Vie nomade en famille

Les réponses à vos questions

Voici, en vrac, les questions que vous nous avez posé sur les réseaux sociaux :

  • Est ce que vous avez regretté de tout quitter pour ce nouveau mode de vie ? Si non quels sont les avantages ?

À l’unanimité, non, nous ne regrettons pas d’avoir tout quitté ! Même Inès, qui était la plus réfractaire, a répondu non (même si ses copains d’avant lui manquent beaucoup !). Comme je l’ai marqué plus haut, même si nous gagnons moins financièrement qu’avant, nous profitons mieux. Nous pouvons visiter le monde, sans avoir à gagner une fortune ! Avant, les enfants étaient mis à la garderie dès le matin très tôt puis école toute la journée et enfin la garderie jusqu’au soir. On avait l’impression de courir tout le temps et de ne pas nous voir. Bon, là, c’est sûr que c’est radical 😉 Nous nous voyons maintenant 7j/7 et 24h/24… Ce qui n’est pas toujours évident d’ailleurs (les enfant ont leurs parents sur le dos tout le temps et vice-versa !). Pour les avantages d’une vie nomade en famille, je les avais résumés dans cet article : Nos 5 raisons de devenir une famille nomade  et je confirme tous les points 6 mois après !

  • Que constatez vous de positif sur votre changement de vie ?
    On dit que les voyages forment la jeunesse, êtes vous d’accord des effets quant à l’évolution de vos enfants ?

Notre vie est beaucoup moins speed qu’avant. Même si nous avons les impératifs du travail et de l’école, on peut quand même prendre notre temps. Pareil pour la routine, même si nous gardons un rythme d’organisation identique chaque semaine, notre environnement extérieur change. Nous découvrons donc toujours de nouveaux endroits, nous faisons de nouvelles expériences et de nouvelles rencontres. Donc assez positif ! Pour les enfants, je dirai que Nael est celui qui évolue le plus. Bon, peut-être grâce à son âge… Il apprend très vite les mots principaux des différentes langues (bonjour, merci, au revoir) et il est devenu très sociable. Pour les filles… pour l’instant, c’est peut-être un peu trop tôt ! Elles sont toujours accros aux écrans, que nous essayons de limiter le plus possible. Elles s’intéressent à tout mais il faut parfois les pousser à sortir…

  • Si vous deviez revenir 1 ou 2 ans en arrière et que vous pourriez de nouveau préparer ce changement de vie, que feriez-vous de différents dans votre préparation ?

Difficile à dire car nous nous sommes préparés assez rapidement 😉 Déjà, on emmènerait moins de médicaments ! Une grosse part de la valise était emplie de médicaments en tout genre au moment du départ. Finalement, on s’en est délesté pas mal en cours de route. Après tout, on trouve des pharmacies partout dans le monde et des médecins aussi !

On se serait aussi peut-être plus renseigné sur les forfaits téléphones. Car en Tunisie, comme on ne se servait plus du téléphone (On passe par le wifi et les appels à la famille par Messenger), j’ai arrêté mon forfait Bouygues que je payais finalement pour rien. Nous avons débloqué le téléphone et on achetait des cartes prépayés, bien pratique. Sauf que… notre banque s’est rendue compte que nous n’avions plus de numéro de téléphone mobile français et nous a coupé l’accès à notre compte bancaire ! Alors que nous devons faire des virements tous les mois aux différents propriétaires. Malgré notre colère, la banque n’a rien voulu entendre. J’ai été obligée de reprendre un forfait français (Free à 2 euros par mois) alors que je ne vais pas m’en servir ! Mais eux peuvent nous appeler et envoyer des SMS de confirmation. Bref, on ne peut même plus vivre sans numéro de mobile ! Le temps qu’on reçoit la nouvelle carte SIM, on a un peu galéré…

  • Pour revenir à l’éducation des enfants, sentez vous une progression des enfants à travers la plateforme Cneel? 

Oui, comme je le disais le niveau d’instruction du Cneel est bon car les élèves sont peu nombreux et ils avancent plus vite. Inès a fait de gros progrès en anglais car elle est passée de quelques heures par an à 1 heure par semaine ! Au début, ça la décourageait mais maintenant elle est fière. Après, on est moins sur leur dos qu’avant. On vérifie quand même que les devoirs soient faits et surtout qu’Inès ait compris. Mais on privilégie aussi les expériences et les sorties !

  • Que vous manque-t-il le plus et le moins de votre vie sédentaire ?

Ce qui nous manque le plus : la famille et les amis. Même si nous allons faire en sorte de les voir le plus possible, en tout cas mieux qu’avant ! En Tunisie, nous avons pu rester 3 mois, alors qu’avant on ne pouvait y aller qu’1 ou 2 semaines maxi. Pareil pour ma famille, lors de nos retours en France, on essaiera de rester un peu plus longtemps. Ma famille proche pourra venir nous rejoindre de temps en temps aussi, ce qui nous permettra de vivre de belles expériences ensemble (Sauf si je suis grippée pendant 3 jours, hein maman ?).

Ce qui nous manque le moins : tout le reste !!! Les filles disent le mauvais temps ! Pour nous, c’est la routine, le fait de ne pas voir grandir les enfants ni d’en profiter et la morosité ambiante. Ce sont des choses qui ne nous manque pas !

  • Qu’en est il de votre formation web?

J’en ai parlé plus haut, dans la gestion du budget 😉 Mais dès à présent, je vous invite à me rejoindre sur le groupe Facebook de la formation : https://www.facebook.com/groups/460052007724104/

Vous y trouverez plus de renseignements !

Nos coups de cœur et nos rencontres de ces 6 mois

Voici quelques photos de nos coups de cœur des 6 premiers mois de notre vie nomade en famille !

 

Nos Projets pour 2018

Enfin, voici nos projets, en vrac, pour l’année 2018, sachant qu’ils peuvent évoluer avec le temps (nous n’aimons pas trop prévoir à l’avance !):

  • Visiter des écoles dans le cadre de notre projet « Mon école autour du monde ». Nous avons essayé de le faire en Tunisie, mais c’était trop compliqué ! Il fallait faire une demande au Ministère des Affaires étrangères car je suis française…
  • Mettre en route ma Formation « Devenir Rédacteur Web »
  • Prendre le temps de rédiger plus d’articles sur le blog
  • Privilégier les rencontres et les multiplier ! Que ce soit avec des locaux, des expats ou des voyageurs, que ce soit les enfants ou nous les parents, nous adorons ces moments-là.
  • Destinations : Nous allons rester un peu plus en Espagne (mais en changeant de ville !) et en juin, nous rentrons en France pour que Sara puisse passer son Brevet des Collèges (et revoir la famille aussi !!). L’été prochain, aucune idée encore ! Mais on se penche dessus car les locations flambent durant cette période. Lamaâ voudrait faire un job saisonnier en juillet/Août donc à voir… En octobre, nous retournerons en Tunisie pour voir la famille et ensuite, à partir de début novembre, si tout va bien, on décolle plus loin et on change de continent pour une longue période de 12 à 18 mois.
  • Notre objectif pour 2018 est donc de multiplier nos revenus, économiser un maximum puis en fin d’année… se préparer à partir pour une destination lointaine !

 

Si vous avez tout lu jusqu’ici, bravo car c’est un vrai pavé que j’ai rédigé ! J’espère que cela aura répondu à vos questions. Si vous voulez vous lancer un jour dans une vie nomade en famille, n’hésitez pas à me contacter. Nous referons le point pour nos 1 an de vie nomade, le 1er juillet 2018 !

 

6 Comments

  1. Léonor Tapernoux says:

    Bonjour Valérie,

    Merci Valerie pour ton partage très inspirant.
    Nous sommes avec mon compagnon et mon fils de cinq ans en train de préparer notre voyage d’itinérance en camion à travers l’Asie et, cela, pour un an, peut-être plus et, qui sait, peut-être prendrons-nous aussi goût à cette vie nomade !de manière plus définitive ! En attendant, je me renseigne sur les assurances pour nous couvrir pour un tel voyage et ce une je trouve coute vachement cher, or notre idée Est bien sûr comme vous de minimiser nos frais de base. Serait-ce indiscret de te demander quelle assurance vous avez choisie et combien ça vous coûte ? Merci et belle continuation !

    1. Valérie says:

      Bonjour Léonor,

      Lorsque nous étions en Europe, nous avions seulement notre carte européenne de sécurité sociale. Puis en Asie, nous étions assuré par AVI (assurance Marco Polo). Je payais 300 euros tous les deux mois pour 5 personnes… c’est vrai que c’est un coût mais c’est le moins cher que j’avais trouvé ! J’ai préféré prolonger de 2 mois en 2 mois car lors de nos retours en France, je ne prends pas d’assurance. Je suis toujours à la recherche d’une bonne assurance pour familles nomades digitales mais il n’y a quasiment pas d’offres pour l’instant. Bons préparatifs !

      1. Léonor says:

        Merci Valérie pour ta rapide réponse ! Tu confirmes là les résultats de mes recherches qui m’amenaient à AVI aussi ! Belle continuation !

        1. Valérie says:

          Merci !

  2. Kafia says:

    Bonjour c est courageux de votre part .je voudrais que vous me donner votre avis sur le Cneel pour un élève de terminale comment s est passé le contacte avec eux .
    Bonne continuation
    Kafia

    1. Valérie says:

      Bonjour,
      Je ne peux pas vous dire pour le lycée car mes filles sont en CM1 et 3ème cette année. Je discute plus avec la maîtresse de ma plus jeune et aussi la conseillère pédagogique. Elles sont réactives et à l’écoute. Je n’ai jamais eu de soucis particulier au niveau de la communication.
      Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.