L’Odyssée du Savoir sur l’île Maurice : Bilan d’une année scolaire !

Odyssée du Savoir

Cette année 2023/2024 n’a pas été comme les autres, puisque nous nous sommes posés sur l’île Maurice pour une année scolaire. En effet, nous sommes nomades depuis 2017 et d’habitude, avec mes enfants, nous changeons de pays tous les 2 ou 3 mois environ. Mais comme je vous l’avais annoncé dans un précédent article, le besoin de souffler s’est fait sentir. Mes enfants ont donc passé une année à L’Odyssée du Savoir, une école alternative et démocratique basée près de Flic-en-Flac. Voici donc mon bilan sur cette expérience, ainsi que le retour des principaux intéressés : mes enfants !

L’Odyssée du Savoir, une école pas comme les autres

L’Odyssée du Savoir a ouvert ses portes en 2018, après deux années de réflexion au sein d’un groupe de parents qui souhaitaient mettre leurs enfants dans une école démocratique. Vous pouvez lire mon article sur l’école de Summerhill, la toute première école démocratique au monde, se situant en Angleterre. Ils se sont donc inspirés du concept de Summerhill, mais aussi des écoles Sudbury et des pédagogies commes Montessori ou Freinet. Le tout a donné l’Odyssée du Savoir !

Salle Montessori
La salle Montessori et le terrain de foot des Primaires

Le concept ? Des cours de toutes sortes sont proposées aux enfants de 5 à 10 ans (au Primaire) et aux 11-18 ans (au Secondaire). Ils font leur planning chaque semaine en choisissant 3 cours pour le matin et 2 pour l’après-midi (l’école se termine à 14h45), parmi de nombreuses matières : Maths, Français, histoire/géo, Sciences, Japonais, Poterie, Mosaïque, Broderie, Informatique, Lego Robotique, Cuisine, Musique, Sport, Anglais, Potager, Peinture sur verre, Art-Béton, Philosophie, Danse, Zumba, Yoga, Recyclage et Ecologie, Débat, Entreprenariat, Menuiserie, etc. Une salle Montessori est accessible aussi pour les enfants du Primaire ! Ils ont une pause le midi où ils peuvent emmener leur repas ou manger le menu du jour, et ils peuvent choisir un temps libre dans la journée.

Un premier trimestre chamboulant

Les premiers mois ont été très difficile pour Nael car c’était la première fois qu’il se retrouvait en collectivité. Donc il n’y allait pas tous les jours… il lui a fallu une grande période d’adaptation. Mais heureusement, sa référente (la monitrice Montessori) a fait preuve de bienveillance et de patience avec lui. Il a surtout eu du mal à gérer le nombre d’enfants autour de lui, le bruit, la durée des cours même s’il choisissait uniquement des cours qu’il aimait. Mais petit à petit, il s’est fait des amis qui parlaient différentes langues : français, anglais, créole et même un petit garçon russe !

Nael au calme
Nael au calme

Pour Inès aussi, le premier trimestre l’a déçue… les cours étaient beaucoup trop formels pour elle. Elle avait même des devoirs à faire dans certaines matières alors qu’ils étaient censés être interdits dans cette école ! Elle s’est quand même assez vite intégrée aux autres ados et choisissaient des cours qu’elle aimait.

Un souffle nouveau au second trimestre

Un gros changement a eu lieu le deuxième trimestre, au niveau de la direction de l’école. L’ancienne directrice est partie et notre amie Daniella (qui est venue à l’île Maurice après avoir lu mon article sur l’école !) a repris le flambeau. Avec toutes ses compétences professionnelles, elle a insufflé un souffle dynamique sur l’école, qui est revenue aux bases de sa conception : une école démocratique, avec des apprentissages ludiques ! Cela s’est ressenti chez mes enfants, qui ont trouvé plus de plaisir à rejoindre l’école ! Les Conseils d’école, où enfants et adultes proposent des idées et votent, ont lieu désormais tous les lundis après-midis. Les sorties extra-scolaires se sont multipliées et l’ambiance est devenue plus sereine et joyeuse.

Inès et ses amis à Noël !
Inès et ses amis à Noël !

J’ai eu des retours des professeurs sur mes enfants. Nael participe aux activités avec intérêt et pose beaucoup de questions, bien qu’il ne souhaite pas pour l’instant se pencher davantage sur la lecture et l’écriture. Mais heureusement, aucune obligation à l’Odyssée ! Il se perfectionnera lorsqu’il en ressentira le besoin. Pour Inès, qui a arrêté l’école à 9 ans et qui depuis est en unschooling… elle est passée des cours de français « niveau Brevet » à ceux de « niveau Bac » et j’ai découvert avec surprise qu’elle est quasiment bilingue en anglais ! Car oui, il est possible pour les secondaires de s’inscrire aux diplômes français ou mauriciens et les passer en candidats libres avec l’aide des professeurs.

Un choix à prendre au troisième trimestre

Les derniers mois arrivant, il a fallu prendre un choix sur la suite à donner. Nous avons donc fait un conseil de famille entre nous et chacun a donné ses arguments. Nael adore l’Odyssée du Savoir mais la vie nomade lui manque trop ! Il a envie de découvrir d’autres pays, même s’il sait que ses amis d’ici lui manqueront beaucoup. Donc il propose de repartir pour une vie nomade ! Inès s’est fait aussi des amis et adore ses profs avec qui elle s’entend bien. Mais ses amis nomades lui manquent et elle préfère le unschooling car elle peut passer des heures à lire, à écrire, à faire ce qu’elle aime, sans s’interrompre chaque heure. Elle propose d’arrêter l’école aussi.

De mon côté, je voulais me poser surtout pour eux… donc je suis ravie qu’ils veuillent repartir ! 10 mois à l’île Maurice, c’est top mais nous sommes tombés dans une routine que l’on veut casser. On se rend compte qu’on n’a même plus envie d’aller à la plage car l’émerveillement du début est passé et c’est ce qui nous manque le plus. Heureusement, on s’est fait des amis et on gardera contact ! On décide donc tous les quatre de repartir en juin après cette belle expérience de vie.

Ce que nous avons aimé à l’Odyssée du Savoir

Valérie : En tant que maman nomade qui pratique le unschooling, j’ai aimé beaucoup de choses à l’Odyssée ! La bienveillance des professeurs en premier lieu (tous formés à la Communication Non Violente), la diversité des cours, les sorties, les fêtes, le lieu même de l’école qui est magnifique avec tout cet espace vert, les horaires (à 15h30, Nael et Inès étaient à la maison et nous avions le temps de sortir avant le soir), les informations données au parents sur un groupe WhatsApp, le fait que l’école soit réellement inclusive avec des enfants présentant un handicap et des enfants issus de milieux défavorisés (via l’association « Les Anges du Soleil »).

Inès : Certains cours comme le sport, les profs, la cantine, les amis.

Nael : Les copains, certains cours (Montessori, musique, sport), la cantine était très bonne, les profs, monter dans les arbres.

La beauté de l'Odyssée du Savoir
La beauté du lieu !

Et ce qui ne nous a pas convenu

Valérie : Contrairement à l’école Summerhill, les enfants sont obligés de faire un planning de cours. Bien qu’ils peuvent caser des « temps libres », ils ne peuvent pas rester toute la journée à jouer librement. Ce qui fait que cette école est tout autant alternative que démocratique ! Enfin, contrairement au unschooling que je pratique habituellement avec mes enfants, les cours sont limités à une heure de temps et même si les enfants sont en petits groupes… s’ils ont envie de faire 2 ou 3 heures de menuiserie d’affilée par exemple, ce n’est pas possible. Il y a donc des horaires à respecter, ce qui laisse moins de champ libre pour développer ses idées et envies du moment. Ce que je peux comprendre car il est difficile de faire du cas par cas en collectivité !

Inès : Certains cours et le fait d’être obligée de faire un emploi du temps par semaine.

Nael : Le conseil d’école (Note de maman : trop long pour lui car il est neuroatypique) et rien d’autre, j’ai tout aimé !

Une partie du jardin
Une partie du jardin

Conclusion

On entend souvent dire que les enfants qui pratiquent l’instruction en famille ne seront pas capables de s’adapter ou bien sont sauvages… eh bien, voilà encore une preuve qu’il s’agit seulement de clichés ! Mon fils s’est réveillé très facilement à sept heures du matin tous les jours, sans râler, et il s’est fait des amis rapidement. Tous les deux ont su s’adapter durant toute cette année 🙂

L'Odyssée du Savoir

J’ai également travaillé pour l’Odyssée du Savoir pendant quelques mois. J’ai revu le design de leur site web et rédigé quelques articles, que vous pouvez lire pour en savoir plus sur l’école. Notre expérience a été très positive, surtout depuis le changement de directrice. Mais la vie nomade et le unschooling nous manquent trop… donc c’est avec tristesse que nous avons dit au-revoir à l’école, mais avec aussi l’excitation de vivre de nouvelles aventures ! Je sais que vous êtes quelques-uns à vous rendre prochainement à l’Odyssée du Savoir, alors passez le bonjour à la directrice et aux professeurs pour nous… et profitez bien de cette belle expérience 🙂

Si vous avez des questions sur l’école, posez-les dans les commentaires et je tâcherai d’y répondre !

2 commentaires sur “L’Odyssée du Savoir sur l’île Maurice : Bilan d’une année scolaire !

  1. Salut la tribu,

    Merci pour ce retour, quel beau cadre de vie pour cette pause.
    Et heureuse de lire que l’équipe pédagogique a assuré.

    Cet article résonne en moi car ici nous commençons notre pause après 6 ans d’instruction en famille.
    Mon fils fera un an dans un collège dont le projet pédagogique est le vivre ensemble (internat, cuisine, ménage, etc…). Quant à moi, mon objectif est de créer une nouvelle base (santé, professionnelle…) pour… recommencer l’ief.

    Je continue donc de suivre vos aventures.
    Au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.